L'environnement de San Martino di Castrozza

L'environnement de San Martino di Castrozza

San Martino di Castrozza est niché dans un bassin de prairie verte, entouré par le parc naturel Paneveggio-Pale di San Martino. Du village, vous pouvez voir de nombreux pics dolomitiques: le grand groupe de Pale di San Martino avec le Cimon della Pala, le Vezzana (visible de la zone Passo Rolle ou du plateau de Pale), la Rosetta, le Sass Maor, le Val di Val Roda, le sommet de la Vierge, et de l'autre côté le relief plus doux de Cavallazza et les pics de porphyre de Colbricon et le petit Colbricon. Du village est également visible le groupe de pics Feltrine, avec le sommet en forme de pyramide caractéristique du mont Pavione.

San Martino di Castrozza (1 487 mètres d'altitude) est l'une des cinq municipalités qui composent la municipalité de Primiero San Martino di Castrozza, située dans la haute vallée du torrent Cismon, dans l'est du Trentin.

Le parc naturel de Paneveggio Pale di San Martino

  • Le territoire du Parc Paneveggio Pale di San Martino est situé dans l'est du Trentin, à une altitude d'un peu moins de 1100 m. au-dessus du niveau de la mer à une altitude maximale d'environ 3200 m. dessus du niveau de la mer. Il borde le Val di Fiemme et le Val di Fassa sur le côté nord, au sud avec le Primiero, à l'ouest avec la Valle del Vanoi. Elle est construite autour des bassins versants des torrents de Cismon, Vanoi et Travignolo et comprend la zone Trentino du groupe Pale di San Martino à l'est, tandis qu'à l'ouest elle comprend les pentes orientales de la chaîne Lagorai. Au nord, définie par les versants de Lagorai et ceux du groupe Cima Bocche, la vallée de Torrent Travignolo abrite la forêt Demesiale de Paneveggio, l'un des complexes forestiers les plus célèbres des Alpes.
  • La zone du parc est subdivisée en trois zones de réserve différentes, en fonction des valeurs environnementales présentes et de l'importance des activités humaines:
  • réserve intégrale (39,82%): zones à plus grande protection, où l'environnement est caractérisé par un haut degré de naturel; les activités de recherche et de surveillance, la distance des sentiers balisés et les activités de pâturage limitées sont autorisées.
  • réserve guidée (49,75%): zones dans lesquelles l'aménagement naturel et paysager est maintenu par des activités traditionnelles (pâturage, fauchage, sylviculture ...); il vise à équilibrer les activités humaines avec les besoins de conservation.
  • réserve contrôlée (10,43%): zones dans lesquelles l'intervention humaine est la plus marquée (pistes de ski et installations de ski, établissements résidentiels et touristiques) et les valeurs naturalistes originales peuvent être modifiées; l'objectif est de réaménager les ouvrages existants et de conserver les zones résiduelles hautement naturelles.

Faune locale

Parmi les mammifères, certainement les ongulés se détachent: d'abord parmi eux, le cerf, symbole du Parc, s'installe dans la zone à partir des quelques spécimens sortis fortuitement de l'enclos de Paneveggio en 1963; puis nous trouvons le chevreuil, bien réparti sur tout le territoire du parc. A plus haute altitude, le chamois est présent, avec une population nombreuse; à partir de l'an 2000, un projet de repeuplement du bouquetin sur la chaîne de Pale di San Martino a débuté, avec l'introduction de trente spécimens.
Le lièvre commun ne vit que dans le Val Canali et sur les pentes du Pale; en montant au dessus de 1300 m. Au lieu de cela, il y a le lièvre blanc, répandu dans tout le parc. Les prairies alpines accueillent également la marmotte.
Chez les carnivores, le renard est le plus fréquent, mais certains mustélidés sont également rencontrés: parmi ceux-ci, le taux est le plus fréquent dans le territoire du Parc, en particulier dans la zone sud. D'un grand intérêt est la présence des deux espèces du genre Martes: la martre et la martre. Les premiers fréquentent habituellement les vieilles ruines, les granges et les écuries, qui approchent souvent des zones habitées; la martre est décidément plus de forêt.
Dans les prairies alpines, la marmotte creuse des terriers souterrains d'extension considérable. Ce mignon rongeur vit dans des colonies dont les membres se relaient pour se protéger des prédateurs, des aigles et des renards. Dès qu'on est aperçu, la sentinelle émet un sifflement caractéristique, unique ou répétitif selon que le danger vient du ciel ou du sol, qui alarme le reste de la colonie, diminuant ainsi la probabilité de succès du prédateur.
De nombreux micro-mammifères vivent dans le parc et la présence de 13 espèces de rongeurs et 6 d'insectivores a été constatée: parmi les rongeurs, on se souvient de l'écureuil et du loir, tous deux très répandus; parmi les insectivores, la taupe, la musaraigne alpine et la musaraigne meunière de Miller, encore peu connue.
Il n'est pas rare de trouver à pied ces animaux mignons que je recommande de ne pas les déranger et de respecter la nature!